WAVRE Ceci s’adresse à vous. Non, ne regardez pas votre voisin, même s’il est logé à la même enseigne. Ainsi donc, vous êtes absent au travail un quart du temps ! En regardant ça d’un autre côté, cela veut aussi dire que vous êtes actifs pendant les trois autres quarts du temps. On pourra aussi se rassurer comme on veut en se disant que les congés et les jours fériés légaux représentent 9,5 % de vos absences, tandis que les autres types d’absence correspondent aux 15 % restants. Et puis, ne louchez pas sur votre voisine, elle n’est pas en cause. Hommes et femmes sont égaux face à l’absentéisme au travail.
Voilà une enquête qui va tordre le cou à de nombreux préjugés. Elle a été réalisée par l’Union wallonne des entreprises et le secrétariat social Partena, sur base de 13,3 % des travailleurs identifiés dans le fichier ONSS représentatif de la Région wallonne. Et les absences ont été classées en 19 rubriques « rigoureusement définies » , comme les maladies, les accidents du travail, les congés légaux,… (voir notre infographie).
Bien sûr, des différences existent. Par exemple en ce qui concerne l’égalité des sexes, mais elles s’expliquent. Ainsi, si les hommes prennent plus de congés légaux (9,90 % contre 9,10 % pour les femmes), c’est parce que les femmes sont plus souvent engagées à temps partiel. Par contre, si les incapacités sont plus le lot des dames (9,38 % contre 7,08 % pour les hommes), c’est parce que les messieurs ont nettement moins de congé de… maternité. Par contre, les messieurs se blessent plus au travail ou sur le chemin du travail (0,82 % contre 0,36 % pour les dames).
Différences aussi entre les employés et les ouvriers. Ces derniers ont un volume d’absence plus important avec 29,24 % contre 19,41 % pour les employés. Mais ici aussi, cela s’explique par le fait que les ouvriers sont plus souvent victimes d’accidents du travail, travail manuel oblige. Et il y a aussi plus de congés pour cause économique dans ces secteurs-là. Par contre, on notera que plus de femmes employées tombent enceintes que les ouvrières, le double même avec 0,98 % pour les employées contre 0,44 % pour les ouvrières.
Et qui paie toutes ces absences ? L’enquête indique que 57 % des absences sont totalement ou partiellement rémunérées par l’employeur, 40 % le sont par la collectivité, tandis que le reste n’entraîne aucun coût pour l’employeur ou la collectivité.