BRUXELLES Yves Leterme sera bien le formateur du gouvernement orange bleu. Il sera cependant assisté par l’ancien explorateur Herman Van Rompuy, qui sera chargé des questions institutionnelles. Mais Yves Leterme est bien l’unique formateur, a-t-on indiqué dimanche au CD&V.; Il n’y a pas de « duo » de formateurs.Yves Leterme a repris son bâton de pèlerin. Il va commencer par examiner qui il va emmener avec lui pour tenter de convaincre les quatre formations de l’orange bleue d’aboutir à un accord de gouvernement. Il va aussi étudier comment les rôles seront répartis, a indiqué dimanche le ministre-président flamand Kris Peeters dans l’émission « De Zevende Dag » sur la VRT.Dans l’entourage des chrétiens-démocrates flamands, on indiquait dimanche qu’il n’y aurait pas de duo chargé de la mise sur pied du gouvernement mais que le président de la Chambre, Herman Van Rompuy, redevenu négociateur CD&V;, assistera le formateur Yves Leterme en ce qui concerne les négociations relatives à la réforme de l’Etat et au dossier « Bruxelles-Hal-Vilvorde ».
Selon Kris Peeters, plusieurs réunions ont lieu dimanche en interne au CD&V; afin de déterminer l’agenda du formateur et la manière dont il conviendra d’organiser les négociations. « Leterme s’est mis au travail. Il va examiner qui il compte emmener avec lui pour le seconder et de quelle manière cela se fera », a indiqué dimanche Kris Peeters.
Depuis samedi soir, certaines informations laissent à penser que le formateur Yves Leterme se concentrerait sur les dossiers socio-économiques, Herman Van Rompuy étant chargé de résoudre les problèmes institutionnels. Chez les démocrates-chrétiens flamands, on réfute cette vision d’un duo de formateurs. Herman Van Rompuy restera négociateur CD&V.; Il serait dommage de se passer des connaissances et de l’expérience acquise par l’explorateur durant un mois, mais il n’est pas question de lancer un duo pour former le gouvernement, a-t-on indiqué au CD&V.; Le président de la Chambre assistera donc Yves Leterme sur les dossiers communautaires mais de manière non formelle, a-t-on précisé.
Concernant la méthode permettant d’arriver à une réforme de l’Etat, le ministre-président flamand Kris Peeters a indiqué dimanche sur la VRT que l’approche « phasée » de la problématique tenait la route, étant donné que la potentielle coalition orange bleue ne dispose pas d’une majorité des deux tiers et qu’il faudra dès lors aller chercher un soutien à l’extérieur. Selon certaines sources, cela se ferait via une commission ad hoc. « Leterme va à présent s’atteler à la rédaction de notes et rendre cela concret. Je dis simplement qu’il faut aboutir à une réforme de l’Etat avec des paquets de compétence homogènes. Comment? C’est cela qu’il convient à présent d’examiner », a-t-il dit.