Un avocat et motard britannique pense avoir trouvé la parade aux PV pour stationnement illégal: il a plaidé devant un tribunal que sa moto étant garée sur la béquille centrale, sans qu’aucune des roues ne touche le sol, elle ne tombait pas sous le coup de la loi.

Pour éviter de payer la centaine d’amendes reçues depuis trois ans, Clive Wolman a expliqué que la législation sur le stationnement à Londres prévoyait que seul peut être verbalisé un véhicule dont au moins une roue touche le sol, rapporte vendredi la presse.

Or il gare sa Suzuki 500 sur la béquille centrale et place savamment des ouvrages juridiques dans les valises de manière à ce que l’engin soit en équilibre parfait sur la béquille, a-t-il expliqué le plus sérieusement du monde.

Un tribunal local avait débouté l’audacieux avocat l’an dernier, le juge expliquant qu’en anglais, l’expression « sur le sol » peut également signifier « au-dessus », même sans contact.

Devant les juges d’appel jeudi, M. Wolman a contesté cette interprétation, lors d’une plaidoirie surréaliste.

« Si un objet A est situé au-dessus d’un objet B, on ne peut pas pour autant dire que A est ‘sur’ B », a-t-il estimé, selon l’Evening Standard. Puis, prenant un exemple plus concret: peut-on dire qu’un juge est « sur » un banc, a-t-il demandé, alors qu’entre lui et le banc on trouve en général au minimum un sous-vêtement, un pantalon et un coussin.

L’avocat de l’arrondissement d’Islington (nord de Londres), qui tente de récupérer le montant de la centaine d’amendes adressées à Clive Wolman, a sans surprise jugé ces arguments « absurdes ». D’autant qu’il existe des parkings deux-roues à quelques mètres de la maison de M. Wolman, selon lui.