Le 8e sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad) a commencé ses travaux jeudi dans la ville libyenne de Syrte, selon une journaliste de l’AFP sur place.

Seuls 10 pays membres sont représentés par leurs chefs d’Etat, alors que plusieurs autres comme l’Egypte, la Tunisie, le Maroc et le Soudan ont envoyé leurs ministres des Affaires étrangères ou des émissaires.

Les participants ont tenu en fin de matinée une séance à huis-clos.

« Ce sommet de concertation va se pencher sur les questions du Darfour (Soudan), la Somalie et la réactivation de l’Union africaine » pour dégager « une position unifiée » avant le sommet de l’UA prévu le 29 janvier à Addis Abeba, a déclaré à l’AFP le secrétaire général de la Cen-Sad, le Libyen Mohamed Al-Madani Al-Azhari.

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi s’est entretenu mercredi soir à Syrte (450 km à l’est de Tripoli) avec les chefs d’Etat africains arrivés pour le sommet, selon l’agence officielle libyenne Jana.

La Cen-Sad regroupe 23 Etats: Libye, Burkina Faso, Mali, Soudan, Tchad, Niger, Erythrée, Centrafrique, Sénégal, Gambie, Djibouti, Nigeria, Tunisie, Maroc, Somalie, Togo, Bénin, Egypte, Guinée Bissau, Côte d’Ivoire, Liberia, Ghana et Sierra Leone.

Avec une superficie de 12,5 millions de kilomètres carrés et une population de 350 millions d’habitants, l’espace Cen-Sad représente 43% de la population africaine.

Le Cen-Sad avait tenu son dernier sommet en juin à Tripoli.