Les deux parties ont, également, examiné les voies et moyens à même de renforcer leurs relations de coopération dans tous les domaines et de leur insuffler une dynamique nouvelle, en soulignant le rôle fondamental du secteur privé dans la dynamisation de leurs échanges commerciaux, indique un communiqué conjoint, publié à l’issue de la 1re session de la Grande Commission mixte de coopération maroco-camerounaise, réunie mardi et mercredi à Rabat sous la présidence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mohamed Benaïssa et du ministre d’Etat, ministre camerounais des Relations extérieures, Jean-Marie Atangana Mebara.

Dans cet esprit, les deux pays ont signé plusieurs accords de coopération.

Il s’agit d’un accord relatif aux transports aériens, d’un accord-cadre de coopération dans les domaines de l’énergie, des mines et de la géologie, d’un protocole d accord dans le domaine de l’habitat et de l’urbanisme, d’un accord sur l’encouragement et la protection réciproques des investissements, d’un accord de coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur, d’un programme exécutif de l’accord culturel pour les années 2007-2008-2009-2010 et d’un accord de coopération dans le domaine la formation professionnelle.

Concernant la problématique du développement économique et social du continent, les deux parties se déclarent convaincues de la nécessité pour les pays africains de promouvoir et de renforcer une coopération interrégionale soutenue et agissante pour pouvoir faire face aux enjeux de la mondialisation.

A ce propos, elles ont souligné l’importance des opportunités qui s’offrent à elles dans le cadre de la mise en œuvre du Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (Nepad).

Les deux parties ont, également, exalté les efforts constants déployés par le Maroc en faveur du développement en Afrique, notamment la décision prise par S.M. le Roi Mohammed VI d’annuler la dette des Pays africains les moins avancés (PMA) à l’égard du Maroc et de supprimer les barrières douanières pour l’accès de leurs produits de base au marché marocain.

A propos de la situation politique dans le Continent, les deux parties ont exprimé leur vive inquiétude quant à la persistance de nombreux conflits en Afrique et déploré leurs effets désastreux sur la paix et la stabilité du Continent, ainsi que sur le développement économique et social des peuples africains.

A cet égard, elles ont exhorté la communauté internationale à s’associer davantage aux efforts déployés par les pays africains en faveur de la préservation de la paix et de la sécurité dans le Continent.
M. Benaïssa a, à cet égard, saisi cette occasion pour féliciter la partie camerounaise pour le retour, en août 2006, à la mère patrie de la péninsule de Bakassi après le retrait de l’armée nigériane et le transfert d’autorité au Cameroun. De même, il a salué le rôle fondamental joué par le Cameroun pour la paix et la stabilité en Afrique, notamment dans la région de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac).

De son côté, le ministre camerounais a tenu à rendre un vibrant hommage à l’initiative de SM le Roi Mohammed VI pour le rétablissement du climat de paix et de confiance mutuelle entre les pays membres de l’Union du Fleuve Mano et loué la contribution du Maroc aux forces de maintien de la paix en Afrique.

D’autre part, les deux parties ont renouvelé l’attachement ferme de leurs pays aux principes du droit et de la légalité internationale, notamment ceux relatifs à la sauvegarde de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats.

A la suite des informations et explications fournies par la partie marocaine sur la question du Sahara, la partie camerounaise a exprimé son attachement à la recherche d’une solution politique, négociée, consensuelle et définitive de cette question dans le cadre des Nations-unies.

Déplorant l’absence du Maroc de l’Union africaine, la partie camerounaise a émis le souhait de voir le Royaume réintégrer l’Organisation continentale.

En outre, les deux parties ont réitéré vigoureusement leur condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et appelé la communauté internationale à redoubler d’efforts pour faire face à ce fléau et éradiquer ses racines.

Au cours de son séjour au Maroc, M. Mebara a été reçu par le Premier ministre, M. Driss Jettou et a eu des entretiens avec plusieurs ministres, dont le ministre de I’Equipement et des Transports, M. Karim Ghellab, le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, M. Mustapha Mansouri, le ministre chargé du Logement et de l’Urbanisme, M. Toufiq Hjira et Mme Latifa Tricha, secrétaire général du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique.

Lors des entretiens avec M. Benaïssa, les deux chefs de délégation se sont félicités de l’excellence des liens d’amitié et de solidarité entre les deux pays et ont exalté la qualité des sentiments d’estime et de respect qui caractérisent les rapports entre leurs Chefs d’Etat, S.M. le Roi Mohammed VI et le Président camerounais, Paul Biya.