NAMUR Lors de son assemblée générale, ce vendredi à Namur, la Fédération wallonne des CPAS a mis l’accent sur le problème de transfert vers le CPAS des personnes qui étaient à charge d’autres régimes de couverture sociale, comme le chômage. La Fédération a présenté les résultats d’une étude sur les chiffres de l’exclusion du chômage. Il en ressort que, d’ici la fin de l’année, les CPAS auront été chargés d’ouvrir quelque 7.000 dossiers de demande de revenu d’intégration pour des personnes exclues temporairement ou définitivement du chômage.
Au total, 46 pc des personnes exclues s’adressent aux CPAS, engendrant ainsi un surcoût de quelque 12 millions d’euros. « Ce sont les localités les moins riches, et par conséquent leurs habitants, qui devront en supporter les conséquences financières », a dénoncé le président de la Fédération, Claude Emonts. La Fédération regrette que l’ONEM fasse baisser les chiffres du chômage en faisant augmenter le taux de fréquentation des CPAS.