Wi-Fi ou de la télévision mobile personnelle. Alors que les rayonnements GSM se situent dans des fréquences de 900 ou 1800 mégahertz, un terminal en mode Wi-Fi « émet des ondes pulsées à 2450 Mhz, la fréquence optimum pour agiter les molécules d’eau ». D’où, selon Michèle Rivasi, présidente du Criirem, des interrogations sur son « impact sur l’eau présente dans la peau ou le liquide céphalo-rachidien qui baigne le cerveau ».

Le Criirem (Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) avait mis en garde cet été contre des risques possibles provoqués par des téléphones mobiles hybrides, GSM/Wi-fi, portés contre la peau du visage ou tenus à la main. Dans un rapport publié le 31 août, un groupe de travail international avait lui « recommandé d’installer des liaisons avec fils, alternatives à la Wi-Fi, particulièrement dans les écoles et les librairies afin que les enfants ne soient pas soumis à des niveaux élevés de radiofréquences avant que les impacts sur la santé soient mieux compris ».