BRUXELLES Pas sûr que quelqu’un ait pensé à mettre le champagne au frais. À raison. Car personne n’a à se réjouir de l’anniversaire que la Belgique célèbre ce mardi : ses 100 jours sans gouvernement.
Ou plutôt, sans nouveau gouvernement. Car rassurez-vous, même s’il trouve le temps long, Guy Verhofstadt (Open VLD) est toujours bien en place et veille à expédier ce qu’on appelle les affaires courantes. Et à l’horizon ? Toujours rien, ou presque. Herman Van Rompuy (CD & V/NV-A) a fait son troisième rapport au Roi, ce lundi, sur sa mission d’exploration. Pour l’anecdote, il ne s’est pas rendu au Belvédère mais à Ciergnon, où le Souverain prolongeait son week-end.
Ce qu’il lui a dit ? Qu’il n’a toujours rien engrangé de bien concret, 100 jours après le passage de ses sujets par les urnes. Pire : qu’on semble plus bloqué que jamais.
Le CDH renâcle toujours à coucher des promesses de réforme de l’Etat dans l’accord de gouvernement. Motivation en deux temps. Un : il n’en veut pas, et l’a annoncé bien avant les élections. Deux : l’Orange bleue qu’on cherche à former n’a pas les 2/3 nécessaires.
Au Nord, la NV-A reste aussi sur ses positions. Cette réforme, elle l’a promise à ses électeurs. Donc, elle la veut. Sinon : pas de gouvernement.
Par quel subterfuge concilier des positions à ce point antagonistes ? C’est le noeud du problème qu’Herman Van Rompuy tente de solutionner. Il bénéficie d’appuis extérieurs discrets, dont son fidèle ami, Jean-Luc Dehaene. Mais le démineur, pour l’heure, reste sur un refus du PS d’entrer dans le jeu des 2/3 sans accéder au gouvernement.

Formule PS-MR

Bref, le pas de côté est attendu de la NV-A, à l’image écornée par l’affaire du drapeau brûlé. « Le CD & V est convaincu de la nécessité de mettre de l’eau dans son vin « , croit dur comme fer ce francophone.
« Entre ses volontés de mettre le PS hors-jeu et de réformer l’Etat, il doit choisir « , nuance cet autre. « Son aversion pour les socialistes reste plus forte, encore faut-il faire avaler la couleuvre à sa branche nationaliste « . Mais « le cartel CD & V/NV-A est incontournable  » rappelle ce cacique. « Et sans la NV-A, l’Orange bleue n’a plus la majorité requise…  »
Faut-il s’inquiéter de la durée de la crise ? On reste encore loin du record des 148 jours nécessaires pour mettre sur pied Martens VIII, en 1988. « Mais là, au moins, on négociait « , corrige cet expert. « Ici, on n’en est encore qu’à essayer de mettre tout le monde autour d’une table…  »
L’Orange bleue reste privilégiée. M. Van Rompuy a de nouveau reçu MR et CDH hier soir. Il verra leurs pendants flamands ce mardi. Avec l’aval du Palais, il doit d’ailleurs explorer les sujets chauds sur la Justice puis le socio-économique cette semaine. Et si l’échec perdure ? Le retour d’une alliance MR-PS reste possible. Mais le MR exigera alors de faire son retour dans les entités fédérées, à la place du CDH. Pas sûr que le PS acceptera si facilement de donner l’image du parti prêt à tout pour sauver sa peau. Ni que le MR fera si aisément ce grand écart par rapport à ses 100 jours de discours…