La barrière métallique de 12 kms qui entourait la station balnéaire de Heiligendamm (nord-est de l’Allemagne) lors du récent sommet du G8 va être en partie revendue, notamment pour construire des enclos pour chats ou pour clôturer des champs de roses, a indiqué mercredi la société qui l’avait érigée.

Environ un dixième de la longueur totale de la barrière, qui a coûté 12,5 millions d’euros au gouvernement allemand, va être vendu à un pépiniériste spécialisé dans la culture des roses à Borsdorf, près de Leipzig (est), a précisé la société MZS.

Un refuge pour animaux de la région de Rostock, non loin d’Heiligendamm, a par ailleurs commandé 40 mètres de la clôture pour construire un enclos à chats. Un tiers de la barrière n’a pas trouvé preneur et devra être détruit, selon MZS, qui n’a pas précisé quelle somme elle comptait retirer de ces ventes.

Haut de 2,50 mètres, le grillage, qui doit être démonté d’ici fin août, était destiné à empêcher les dizaines de milliers de manifestants altermondialistes de venir troubler les travaux du G8 des pays les plus industrialisés, sommet qui a eu lieu du 6 au 8 juin.