Des affrontements entre partisans de l’opposition et du gouvernement ont éclaté jeudi dans plusieurs quartiers de Beyrouth, faisant un mort et une vingtaine de blessés. Ces violences ont fait suite à des heurts entre étudiants à l’université arabe de la capitale qui ont éclaté en début d’après-midi, et fait dix blessés selon des secouristes.

Les affrontements à coups de pierres et de bâtons, devant l’université arabe de Beyrouth, se sont étendus aux quartiers limitrophes, chiites et sunnites. Ils se sont notamment concentrés dans les quartiers de Tariq Jadidé et de Zokak Al Blat, où des jeunes casseurs ont incendié des voitures.

Le chef sunnite de la majorité parlementaire antisyrienne, Saad Hariri, ainsi que le Hezbollah chiite ont appelé leurs partisans à la retenue. Des dizaines de blindés de l’armée se sont déployés dans les quartiers touchés par les violences, tandis que les soldats tiraient des coups de feu de semonce en l’air pour séparer les protagonistes.

Les premiers affrontements ont éclaté dans le campus de l’université entre partisans du Courant du futur, un parti membre de la majorité parlementaire anti-syrienne dirigé par Saad Hariri, et des étudiants chiites du Hezbollah et du mouvement Amal.