BRUXELLES Suite à l’étude du Pr Albert Bernard sur les dangers potentiels du chlore en piscine sur de jeunes Bruxellois, les ministres Benoît Lutgen et Catherine Fonck des gouvernements wallon et de la Communauté française avaient demandé un rapport sur « les facteurs de risque associés à la fréquentation des piscines ».
Le rapport intermédiaire vient de sortir. Il s’agit d’une étude qui s’est déroulée dans 3 écoles sur des élèves de 3e et 4e secondaire en Région wallonne entre mars et mai 2006. 1.200 enfants ont participé à l’étude.
Le rapport note que « la proportion de personnes affectées par l’asthme diagnostiqué est plus élevée chez les garçons (12,5 % en moyenne) que chez les filles (8,7 %). Il faut noter que ces proportions sont supérieures à celles observées à Bruxelles lors de l’étude précédente « .
Un chiffre qui pose question et qu’il faudra affiner. Le rapport ajoute que « les proportions de la plupart des allergies respiratoires sont aussi en moyenne plus élevées dans cette population comparée à celle examinée récemment à Bruxelles ».
Le Groupement belge de pneumologie pédiatrique a fait également le point sur cette situation en dehors du contexte de l’étude en cours pour l’instant.
Pour lui, il ne faut pas déconseiller la fréquentation des piscines chlorées aux jeunes enfants, mais « il faut choisir des piscines contrôlées, bien ventilées, de petits bassins, éventuellement utilisant des systèmes désinfectants alternatifs au chlore (à base de cuivre et d’argent) ».
Ils ont aussi mesuré les risques de réactions allergiques dues au chlore : « en ce qui concerne les jeunes enfants ou les sujets plus âgés, allergiques, rien n’est encore démontré. Il n’y a pas encore assez d’études, mais si les parents constatent une aggravation de l’eczéma après une visite à la piscine, il faut aussi se méfier ».
Lorsqu’on leur demande s’il y a des recommandations particulières, le Groupement belge de pneumologie pédiatrique précise : « en ce qui concerne les bébés de moins de 2 ans, qu’ils soient allergiques ou non, beaucoup de médecins considèrent la natation peu utile et les piscines publiques plutôt néfastes ».
Il reste au travers de l’étude, et d’autres études avant elle, que le trichloramine est un produit irritant pour les muqueuses et les voies respiratoires. Le rapport final mettra en avant le fait qu’il favorise ou non l’inflammation et les infections respiratoires, surtout chez les enfants allergiques ou sensibles. Certaines études ont déjà dit que c’était le cas !