Crée par des éléments non identifiés, dans la nuit de jeudi à vendredi dans la localité de Noé, à la frontière entre le Ghana et la Côte d’Ivoire, a fait cinq morts dont trois dans les rangs des Forces de défense et de sécurité (FDS), et deux du côté des assaillants, selon un communiqué de l’état-major des FDS parvenu à la PANA.

Le communiqué précise que quatre assaillants, dont un adjudant déserteur des forces aériennes, du nom de Koné Mori, ont été fait prisonniers, grâce à la mobilisation des populations qui, indique t-il, « ont apporté aux forces de défense et de sécurité une précieuse assistance du déclenchement de l’attaque aux opérations immédiates de ratissage de toute la zone consernée ».

Le haut commandement des FDS, conduit par le général de brigade Philippe Mangou, chef d’état-major des armées, s’est aussitôt rendu sur les lieux et a pris des mesures d’urgence, dont le renforcement du dispositif déployé dans les postes avancés qui ont été l’objet de l’attaque et dans leurs environs, indique le communiqué.