PARIS L’acteur français Samy Naceri, star à la dérive de la série « Taxi », a été condamné vendredi à trois mois de prison ferme pour violences contre les employés d’une boîte de nuit et à un mois avec sursis pour outrage à des policiers.

L’acteur d’origine algérienne, 45 ans, et quatre autres comédiens avaient obtenu l’an dernier un prix collectif d’interprétation masculine au festival de Cannes pour le film « Indigènes ». La comédie « Taxi 4 », dernier opus de la série qui lui a valu la célébrité, est sortie cette semaine en France.
Samy Naceri, qui purge actuellement une peine de six mois ferme pour une autre affaire, était jugé par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence (sud) après une bagarre survenue dans la nuit du 2 au 3 janvier devant une discothèque de la ville, Le Mistral.
Selon l’accusation, l’acteur s’est présenté à l’entrée passablement éméché et un gardien lui a alors refusé l’accès, déclenchant la colère du comédien qui a brandi un couteau de cuisine. Deux autres vigiles sont alors intervenus. Dans la bagarre, l’acteur est tombé sur une voiture, ont affirmé les vigiles, et s’est cassé quatre dents.
Selon l’avocate de l’acteur, ce sont les vigiles qui ont violemment agressé Samy Naceri. Pour avoir menacé avec un couteau les vigiles de la boîte de nuit, il a écopé de neuf mois de prison dont six avec sursis, d’une mise à l’épreuve de trois ans et d’une obligation de soins.
Il a également été condamné à un mois de prison et à 5.000 euros d’amende pour des outrages contre deux policiers qui le gardaient à l’hôpital d’Aix-en-Provence après qu’il eut ingéré un cocktail de médicaments dans la nuit du 17 au 18 janvier.
« Vous restez libre dans le cadre de cette condamnation », a déclaré la présidente du tribunal.
Vêtu d’un sweat-shirt gris à capuche et d’un jean, le comédien est resté impassible à l’énoncé de ce jugement.
La procureure avait requis douze mois de prison dont neuf avec sursis avec mise à l’épreuve et obligation de soins.
L’avocate du comédien, Me Françoise Cotta, a annoncé qu’elle allait demander un aménagement de peines afin de permettre à son client « de sortir au printemps ».
Ce jugement « va lui permettre de retrouver la liberté très rapidement et de se soigner », a-t-elle dit. Samy Naceri avait invoqué une addiction à l’alcool pour justifier son comportement.
Ses ennuis judiciaires ne sont pourtant pas terminés. Le 25 avril, il comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris pour l’agression d’un styliste dans un restaurant parisien. Depuis 2000, Samy Naceri a été condamné pour des faits de violences, d’outrages, de conduite en état d’ivresse et d’excès de vitesse. Il avait été condamné en décembre dernier à une peine de six mois de prison ferme pour outrages et injures racistes envers des policiers.