BRUXELLES La Flandre comptait, fin septembre, 182.516 demandeurs d’emploi, soit 20,8% de moins qu’à la même période l’an passé, le taux de chômage atteignant 6,43%, selon des chiffres communiqués mardi par le ministre flamand de l’Emploi, Frank Vandenbroucke.Ces chiffres se situent dans la lignée de ceux des mois précédents: la tendance à la baisse se poursuit. En un an, le nombre de chômeurs est passé de 230.580 à 182.516. Le taux de chômage des hommes est de 5,37%, contre 7,72 % pour les femmes.
La baisse la plus prononcée est à mettre à l’actif des chômeurs à la recherche d’un emploi depuis une période allant d’un an à deux ans. Le nombre de chômeurs de cette catégorie est ainsi passé en un an de 40.452 à 24.841, soit une diminution de 38,6 %. En ce qui concerne les personnes sans emploi depuis moins d’un an ou plus de deux ans, la diminution est moins sensible: respectivement 17,6% et 16,1%
En prenant l’âge comme critère, on constate que la baisse est notable chez les jeunes de moins de 25 ans (-25,7%) et de même chez 25-50 ans (-24,4 %). La province du Limbourg est celle qui a connu la plus forte baisse (-24,5 %). Le recul était sous la moyenne flamande dans les provinces du Brabant flamand et de Flandre orientale. Les plus grosses diminutions s’observent à Malines, Louvain, Tongres et Bruges.

Le chômage diminue aussi à Bruxelles

Le nombre de chômeurs à Bruxelles a diminué au mois de septembre par rapport au mois de septembre 2006, a fait savoir mardi Actiris. La Région de Bruxelles-Capitale comptait fin septembre 2007, 95.862 demandeurs d’emploi inoccupés, soit 4.051 (-4,1%) de moins qu’à la fin du mois de septembre 2006.
Cette baisse annuelle s’observe tant chez les femmes (-3,8%) que chez les hommes (-4,4%).
Actiris signale une diminution du nombre de demandeurs d’emploi âgés de moins de 25 ans de 1.926 personnes (-10,6%) par rapport à l’année précédente pour un total de 16.225.
Au cours du mois de septembre 2007, Actiris a reçu 9.847 offres d’emploi (OE), soit 140% de plus qu’en septembre 2006. La forte hausse s’explique notamment par le nombre d’offres reçues et gérées directement par Actiris (hausse annuelle de 21,5%).