LEVAL TRAHEGNIES La Ville de Binche, les riverains, ainsi que la direction et l’institutrice de la petite école maternelle du Carnois à Leval-Trahegnies (Binche) sont mobilisés, depuis vendredi, pour trouver quatre élèves supplémentaires à inscrire et ainsi empêcher que l’implantation ne ferme, a indiqué Philippe Labar, échevin binchois de l’enseignement. Pour l’instant, seulement 16 enfants sont sur les listes et le quota fixé par la Communauté française pour l’octroi de subsides est de 20. La date butoir est mardi, puisque les écoliers doivent comptabiliser au moins huit demi-jours de présence avant le 1er octobre.Pour Philippe Labar, cette école est importante, parce que située en plein c½ur d’un quartier assez bien habité, avec beaucoup de logements sociaux. Et si elle n’est que très peu fréquentée, c’est en raison du vieillissement de la population. De plus, la rumeur d’une fermeture courait depuis longtemps, ce qui a poussé certains parents à inscrire leur enfant ailleurs. Néanmoins, Philippe Labar rappelle que la volonté du pouvoir organisateur a toujours été de maintenir l’implantation.
En 2006, le nombre d’élèves était déjà insuffisant mais comme il atteignait 80% du quota requis par la Communauté française, celle-ci avait décidé de laisser l’école ouverte, à condition qu’elle se mette en ordre pour l’année scolaire 2007-2008. Les différents acteurs locaux ont donc fait le nécessaire et le 30 août dernier, 20 enfants étaient effectivement inscrits.
Malheureusement, le jour de la rentrée, le 3 septembre, seulement 16 se sont présentés. L’échevin de l’enseignement a donc quelque peu attendu les éventuels « retardataires », avant de finalement réunir la direction, l’institutrice et les parents, jeudi, pour les informer de la situation.
Suite à cela, une action a été menée, vendredi soir, dans la petite école.