À la suite de l’enclenchement d’une alarme, l’intervention de la gendarmerie n’est pas automatique. Les services de l’ordre doivent d’abord obtenir confirmation d’une intrusion réelle avant d’entrer en scène. C’est là qu’interviennent les services de levées de doute.

En quoi consistent les levées de doute et les interventions sur alarme ?

Les levées de doute et les interventions sur alarme répondent à une même définition. Il s’agit d’un ensemble de procédures réglementaires visant à confirmer l’origine de l’alarme d’un emplacement surveillé. La prestation permet de vérifier par tous les moyens que l’infraction a bien lieu. Dans la télésurveillance, la levée de doute est incontournable avant l’arrivée des policiers. Il existe des agents de télésurveillance spécialement formés pour effectuer ces démarches. Vous pouvez, par exemple, les contacter sur www.ipponsecurite.com. Après l’inspection, il incombera au professionnel de décider de la nécessité des forces de l’ordre. Alors, la prestation a pour objectif de confirmer que l’arme n’est pas un faux positif. Autrement dit, l’opération a pour but d’assurer que le déclenchement de l’alerte n’est pas accidentel, évitant ainsi les déplacements inutiles de la gendarmerie. Il faut rappeler qu’un tel acte est passible d’une amende.

Des procédures encadrées par la loi

L’intérêt de la levée de doute est défini par le code de la sécurité intérieure correspondant à l’article L613-6. En effet, ce texte souligne qu’un expert spécialisé dans la télésurveillance ne peut solliciter la police qu’après une inspection de l’emplacement concerné. Le professionnel utilise un moyen de communication afin de transmettre l’alerte aux forces de l’ordre. De plus, les modalités d’appel des services d’urgences sont mentionnées dans l’article D613-22 du code de la sécurité intérieure. Certains experts proposent la levée de doute à distance. La méthode consiste à faire usage d’un interphone ou d’un téléphone pour vérifier si le délit a bien lieu. Les agents de sécurité se réfèrent aux images et aux vidéos fournies par les équipes du système d’alarme dans le but d’évaluer la nécessité des gendarmeries. Efficace, cette stratégie permet aux principales cibles de gagner plus de temps en cas d’urgence.

Les différentes démarches de levées de doute et d’interventions sur alarme

Dès que l’entreprise de sécurité reçoit une notification de l’alarme, le centre de télésurveillance mobilise des agents pour enclencher les procédures de vérification. En premier lieu, le professionnel affecté à la mission entre en contact avec la personne qui a activé l’alarme. De cette manière, il peut obtenir la confirmation d’une réelle intrusion dans le domicile surveillé. Si personne ne répond dans la résidence, celui-ci essaie de contacter un tiers de confiance. En même temps, le centre de télésurveillance inspecte les données visuelles et sonores délivrées par les détecteurs de mouvements et la caméra vidéo. Si ces informations permettent de constater les signes d’une effraction ou d’un vol, la société appelle immédiatement les forces de l’ordre. Si les données demeurent insuffisantes, il faudra attendre l’intervention directe du professionnel sur les lieux. Depuis la circulaire du 26 mars 2015, les procédures de levées de doutes sont uniquement effectives si les biens matériels et les locaux sont les cibles de l’infraction.