BRUXELLES Les propos de l’ancien formateur Yves Leterme (CD&V;) comparant la RTBF à « Radio Mille Collines » sont « inimaginables », selon le parti Groen!.Le député écologiste Stefaan Van Hecke exige que M. Leterme s’excuse pour ses déclarations faites dans la presse flamande de ce samedi.
Dans un entretien accordé aux quotidiens Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen, Yves Leterme fait une analogie entre la RTBF et « Radio Mille Collines », qui émettait au Rwanda en 1993 et 1994 pendant le génocide, appelant notamment aux actes de violence envers les Tutsis.
Selon Stefaan Van Hecke de Groen!, les propos de M. Leterme sont irrespectueux et ils témoignent d’un manque de goût et de conscience historique.
« C’est très grave. Nous exigeons que Leterme présente ses excuses, non seulement à la RTBF, mais aussi aux familles des victimes du génocide », a-t-il réagi samedi.

Laanan : déclarations « odieuses » à l’égard de la chaîne

La ministre de l’Audiovisuel, Fadila Laanan, trouve « inacceptable » qu’un responsable politique accuse la chaîne de service public et la compare à une radio génocidaire.
C’est ce qu’elle a déclaré samedi soir à l’agence Belga, en réaction à l’interview accordée par l’ancien formateur Yves Leterme à la presse flamande.
« Que ce soit M. Leterme lui-même ou une certaine presse en Flandre, je trouve ces déclarations vraiment odieuses à l’égard d’une chaîne de service public composée de journalistes professionnels et indépendants qui font leur métier avec une grande rigueur », a-t-elle confié.
Enfin, la ministre a fait savoir qu’elle reformule sa confiance en la RTBF et son équipe de journalistes, sous la direction de leur administrateur général et de leur conseil d’administration.
Dans un entretien accordé aux quotidiens Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen, Yves Leterme fait une analogie entre la RTBF et « Radio Mille Collines », qui émettait au Rwanda en 1993 et 1994 pendant le génocide, appelant notamment aux actes de violence envers les Tutsis.

Philippot « indigné » par ces propos « inacceptables »

L’admini strateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot, s’indigne qu’une comparaison puisse être faite entre la RTBF et une radio génocidaire. La chaîne publique, par la voix de son administrateur général, réagissait samedi soir par voie de communiqué aux propos tenus par l’ancien formateur Yves Leterme dans la presse flamande.
M. Philippot estime ces propos « inacceptables » et rappelle que la démocratie se nourrit de la liberté et de l’indépendance des journalistes. « C’est pour privilégier cette liberté et cette indépendance que la RTBF souhaite avoir au plus vite un dialogue franc et constructif avec Yves Leterme, et ce dans un souci de compréhension, de respect et de dialogue entre nos Communautés », indique la RTBF.

De Gucht: Yves Leterme a « déraillé »

Yves Leterme a « déraillé » lorsqu’il a comparé la RTBF à Radio Mille Collines, a estimé le ministre des Affaires étrangères, Karel De Gucht, au retour du sommet UE-Afrique à Lisbonne. « Je ne crois pas qu’il (Yves Leterme) avait l’intention de banaliser le génocide rwandais », a nuancé M. De Gucht.
Il ne s’en est pas moins ouvertement interrogé sur les conséquences qu’auraient eues les déclarations de M. Leterme si ce dernier était Premier ministre.

LA SDJ indignée

La Société des Journalistes (SDJ) de la chaîne privée RTL-TVi et de Bel RTL s’est dite indignée dimanche par les propos tenus la veille par l’ancien formateur Yves Leterme à l’égard de la RTBf. Dans un entretien accordé à la presse flamande, M. Leterme avait comparé la chaîne publique à Radio Mille Collines, une radio rwandaise qui avait appelé au génocide en 1993-94. « La SDJ estime déplacée la comparaison entre la chaîne du service public et Radio Milles Collines, radio ayant tenu un rôle actif dans le génocide au Rwanda », précise la SDJ dans un communiqué.

L’AJP condamne

L’Association des Journalistes Professionnels (AJP) a condamné dimanche les propos tenus par l’ex-formateur Yves Leterme au sujet de la RTBF, rapportant notamment l’assimilation qui en serait faite dans certains milieux à Radio Mille Collines, auteur de provocations génocidaires au Rwanda.
« Outre qu’elle déplore cet amalgame méprisant et déplacé, l’AJP rappelle que les journalistes et les médias remplissent dans notre démocratie un rôle essentiel, assumé avec un sens profond de la responsabilité, et qu’ils n’ont pas vocation à servir l’une ou l’autre cause partisane, de quelque couleur qu’elle soit », affirme l’association dans un communiqué.
L’AJP regrette aussi « qu’après les multiples incidents qu’il a déjà suscités avec les médias francophones et plus particulièrement avec la RTBF, le candidat à la fonction de Premier ministre n’ait toujours pas intégré la nécessité de relations correctes avec les journalistes, respectueuses de leur mission d’information et de leur devoir d’esprit critique ».
L’AJP déplore enfin « les petites phrases assassines prononcées avec arrogance à l’égard de la presse » par plusieurs acteurs du débat politique actuel « dès lors qu’elle ne se contente pas de leur procurer la visibilité et la notoriété qu’ils recherchent constamment », conclut le texte.