Les leaders de la majorité parlementaire, du Hezbollah et du mouvement chiite Amal ont exhorté leurs partisans à la « retenue », les appelant à se retirer des rues.

« J’appelle tous les partisans du Courant du futur à rester calme et à ne pas répondre aux provocations de ceux qui veulent semer les troubles au Liban pour saboter les résultats positifs de la conférence internationale d’aide au Liban qui se tient à Paris », a déclaré Saâd Hariri, chef de fil de la majorité parlementaire.

La chaîne de télévision « Al-Manar » a diffusé un appel du Hezbollah invitant ses partisans à « se retirer des rues et à empêcher les fauteurs de troubles d’atteindre leurs objectifs ».

Le président du Parlement et chef du mouvement Amal, Nabih Berri (opposition), a appelé « les partisans des deux bords à se retirer des rues ».

« Nous assistons à des scènes qui rappellent celles de la guerre civile. Il faut revenir au dialogue, il n’y a pas d’autre solution », a-t-il souligné à la télévision.

Hier, des affrontements entre partisans et adversaires du gouvernement dans plusieurs quartiers de Beyrouth ont fait un mort et 20 blessés. Après des heurts entre étudiants à l’Université arabe de Beyrouth, des scènes de violences ont éclaté dans plusieurs quartiers de la capitale libanaise.

Certains médias ont fait état de l’apparition, hier par endroit, de tireurs isolés (snipers), ce qui rappelle la situation qui avait précédé la guerre civile en avril 1975.