BRUXELLES Bon, ne vous attendez tout de même pas à découvrir Jacques Simonet aux bulletins météo, Richard Fournaux aux résultats de l’Euro Millions ou Françoise Bertieaux dans sa célèbre recette de l’andouillette au saké.
C’est pourtant bien une chaîne de télévision en bonne et due forme que le MR va lancer. Une véritable première en Belgique. Elle émettra 24 heures sur 24, via Internet. Elle sera inaugurée dans un mois, le 13 mars. Mais dès aujourd’hui, elle est en ligne pour une phase de test. Pour y accéder, il suffit de taper l’adresse www.mrtv.be , et le tour est joué.
« Nous sommes occupés à mettre en boîte une série de sujets grâce à une équipe de journalistes « , explique le président du MR, Didier Reynders, qui dévoile son projet en exclusivité à la DH . « Dès le 13 mars, nous lancerons un JT hebdomadaire, qui pourra devenir quotidien à certains moments, par exemple dans la dernière ligne droite de la campagne électorale. Nous diffuserons aussi une série de magazines, sur des thèmes d’actualité ou certaines personnalités.  »
De gros événements feront par ailleurs l’objet de retransmissions en direct. « Ce sera le cas de notre congrès de campagne, le 25 mars. On peut aussi imaginer de le refaire depuis le QG du parti, le soir des élections.  »
Une rubrique d’archives sera également accessible. « On y retrouvera des extraits d’émissions passées sur d’autres chaînes, nos émissions concédées, et bien sûr de la production propre de MRTV. Les personnes intéressées peuvent déjà demander à être tenues au courant, par e-mail, des nouvelles émissions lancées.  »
Tout fait d’actualité important aura droit à une réaction rapide en images, du président ou d’un élu en charge du dossier. « Mais on peut aussi imaginer de donner la parole à des élus d’autres partis, par exemple pour les faire réagir à certaines de nos propositions. Je suis aussi ouvert à l’idée d’organiser des débats avec des membres d’autres formations.  »
RTL et RTBF ont-elles du souci à se faire ? « Non, la philosophie n’est pas la même. Chez nous, les gens sauront clairement qu’il s’agit d’une émission réalisée par un parti, qu’ils regardent un des outils de la communication du MR, même si les journalistes feront leur travail le mieux possible. Mais on ne jouera pas sur l’ambiguïté. De même, nous ne diffuserons pas de publicité, ni de feuilletons, même si je vous promets tout de même quelques surprises… »