BRUXELLES Le front sudiste – pour autant qu’il ait réellement un jour existé – n’est (déjà) plus. Et alors que l’accord sur un gouvernement intérimaire est en bonne voie entre Open VLD et CD & V/NV-A au Nord, côté francophone c’est toujours calé de chez calé.Guy Verhofstadt (Open VLD) a donc continué à déployer des trésors de persuasion, ce mercredi. Car tant la tripartite PS-CDH-MR, tant l’union francophone y ajoutant Écolo, se heurte à un « on demande à voir le contenu du programme », tant de la part des Verts que des libéraux francophones.
Motivation de ces derniers ? La crainte de ne pouvoir y déployer suffisamment leur programme, face à « des partis de gauche » . Celle, plus diffuse, d’être isolés, aussi, face à un « cartel PS-CDH  » qui s’annonce intransigeant.
À tout cela se mêle le sentiment d’avoir été « dupés  » pendant six mois par le CDH. « Depuis juin, Joëlle Milquet a bloqué sur tout, particulièrement sur les réformes institutionnelles  » peste ce baron. « Et depuis qu’Elio Di Rupo est revenu à ses côtés, comme par magie, elle est prête à discuter de tout ! Elle n’a plus le moindre tabou ! La réalité, c’est qu’elle s’est moquée de nous, faisant échouer l’Orange bleue dans le seul espoir de remettre le PS dans la course…  »
Au CDH, on juge cela « grotesque « . En expliquant : « C’est la NV-A qui, le fameux lundi, a fait sauter l’accord ! « .
Bref, c’est assez bloqué. Et Guy Verhofstadt est, pour l’heure, condamné à prendre son mal en patience, fort de l’accord sur la répartition des rôles qu’il a passé avec Yves Leterme jusqu’à Pâques.
Hier, des informations venues de Flandre et non confirmées ont fait état d’une possibilité de sa part de ne plus briguer le 16 . Ce qui ne simplifierait rien : PS et CDH ne veulent pas entendre parler de Reynders. Ce serait donc Leterme.
Bref, c’est irrémédiablement calé ? Pas totalement. « On ne ferme la porte à rien », assure ce ténor MR. « Il y a un gros problème de confiance avec le CDH. Et la seule façon de le résoudre, c’est de discuter du programme, en nous confirmant l’accord de tous pour baisser l’impôt des personnes physiques, l’impôt des sociétés, de s’occuper des prestataires de soins… Bref, de réaffirmer ce qui était en passe de faire un accord avec le CDH sous l’Orange bleue. On n’a pas négocié six mois pour oublier tout ça. Et si c’est le cas, ce sera sans nous…  »
Or, sans le MR, un Olivier au Sud allié au CD & V et au VLD au Nord n’aurait… pas la majorité des 2/3. Donc pas de réforme de l’État…