La vieille ville de Jérusalem est bouclée par l’armée israélienne ce vendredi, en prévision d’éventuels troubles sur l’esplanade des Mosquées lors de la prière musulmane vendredi, proclamée « journée de colère », pour protester contre des travaux israéliens aux abords du lieu saint. 2500 policiers patrouillent pour éviter tout débordement.

Seuls les musulmans âgés de plus de 45 ans et détenteurs de cartes d’identité délivrées par Israël ainsi que les femmes sont autorisés à se rendre sur l’esplanade des Mosquées, occupée par Israël, pour les prières du vendredi. A l’occasion de cette « journée de colère », proclamée par des dignitaires musulmans palestiniens, des manifestations sont aussi prévues dans les territoires palestiniens et dans les localités arabes d’Israël, dont Nazareth.

« Crime »

Depu is trois jours ces travaux israéliens provoquent un tollé dans le monde arabe et musulman. L’esplande, qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, est le troisième lieu de l’islam, après la Mecque et Médine en Arabie saoudite. « J’appelle le peuple palestinien à se rendre à la mosquée Al-Aqsa aujourd’hui pour la protéger », a dit vendredi le chef des tribunaux religieux palestiniens, cheikh Tayssir Al-Tamimi, qualifiant les travaux israéliens de « crime ».

Israël a lancé mardi aux abords de l’esplanade des fouilles archéologiques avant la pose de poutres de soutènement pour une rampe menant à la porte des Maghrébins. Selon l’Office des biens religieux musulmans à Jérusalem, les travaux menacent les fondations de l’esplanade. Israël assure qu’ils visent exclusivement à installer une nouvelle rampe, l’actuelle structure en bois ayant été endommagée par une tempête de neige en 2004.