LIÈGE Le tabac, hors la loi dans la plupart des lieux publics, provoque déjà des frustrations dans les établissements de machines à sous. Ce sont les salles de jeu de hasard, au nombre de 180 en Belgique, qui semblent être confrontées à une inégalité d’ampleur importante. Possédant une série d’appareils à argent interdits aux moins de 21 ans ainsi qu’un accès gratuit, tout porte à croire que ces commerces sont les frères cadets des casinos.
Cependant, les gérants furent surpris quant au classement des établissements antitabac établi par le ministère de la Justice. En effet, répertoriées dans la catégorie des luna parks, les salles de jeu sont condamnées à interdire la cigarette.  » La vente de boissons alcoolisées y est interdite. Les salles de jeu ne font donc pas partie de l’Horeca, contrairement aux casinos », explique la collaboratrice du ministre de la Santé, Rudy Demotte.
Ce choix, mal vécu par les patrons, entraîne déjà une sérieuse diminution du nombre de joueurs.  » Nous avons reçu des contrôleurs du ministère de la Santé qui eux-mêmes étaient indécis face au choix dans lequel nous pourrions être classés », déclare le gérant du Circus des Guillemins, à Liège. « La loi a été mal faite. »
La notion de plaisir relative au jeu devrait donc freiner les fumeurs. « Ils iront soit au casino, soit jouer au bingo dans les cafés », continue le patron. « Pourquoi se priver de fumer alors que certains espaces de jeu l’autorisent ?
L’assistante de Monsieur Demotte promet que la situation sera bientôt évaluée. « Nous programmons des chiffres de contrôles, une enquête de satisfaction ainsi qu’une évaluation afin de vérifier l’impact économique du programme. En cas de problèmes, nous nous engageons à prendre nos responsabilités. »