Israël a commencé jeudi 15 février à diffuser en direct des images des fouilles archéologiques controversées en cours au pied de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem. Une mesure visant à apaiser les craintes des musulmans après plusieurs jours de manifestations, parfois violentes, et de condamnations au sein du monde arabe.
Trois caméras diffusent en direct sur internet, 24 heures sur 24, et les images sont visibles sur le site de l’Autorité israélienne des antiquités, selon la porte-parole de l’Autorité, Osnat Gouez.
Israël a lancé des fouilles archéologiques avant la pose de poutres de soutènement pour une rampe menant à une des portes de l’esplanade, celle dite des Maghrébins.
Selon l’Office des biens religieux musulmans à Jérusalem, les travaux menacent les fondations de l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’Islam, après La Mecque et Médine (Arabie saoudite).

Contrôle turc

Par ailleurs, Israël a accepté que des experts turcs inspectent le site des travaux controversées sur les lieux saints de la Vieille ville de Jérusalem, a annoncé jeudi le Premier ministre turc.
Recep Tayyip Erdogan a précisé que son homologue israélien Ehoud Olmert lui avait montré des photographies du site mais ne l’a pas convaincu que ces travaux ne provoqueraient aucun dégât aux lieux saints. Le Premier ministre israélien a accepté la suggestion d’Ankara de dépêcher une équipe technique pour inspecter le site, a ajouté Erdogan.
Lundi, le maire ultra-orthodoxe de Jérusalem, Uri Lupolianski, avait ordonné une nouvelle procédure d’examen concernant la construction de cet accès piéton à l’Esplanade des mosquées dans le but d’apaiser les craintes des musulmans après plusieurs jours de manifestations, parfois violentes, et de condamnations au sein du monde arabe.

Protestations dans le monde arabe

Toutefois, la mesure prise par le maire de Jérusalem ne devrait avoir aucun effet sur les travaux préparatoires en cours sur le site distant d’une cinquantaine de mètres de l’Esplanade des mosquées (Mont du Temple pour les juifs). Des archéologues israéliens ont en effet commencé à creuser la semaine dernière afin de s’assurer qu’aucun reste important ne subirait de dommages lors de la construction du passage.
La nouvelle promenade vise à remplacer une ancienne rampe, partiellement effondrée lors d’une tempête de neige il y a trois ans. Le projet a déclenché de vives protestations chez les Palestiniens et dans les pays arabes, qui accusent Israël de vouloir endommager des lieux saints de l’islam. Ce que dément l’Etat hébreu, en soulignant que les travaux sont effectués à une cinquantaine de mètres de l’Esplanade.