Le Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh a assuré mardi que son gouvernement ne permettrait pas qu’une « guerre civile » éclate dans les territoires palestiniens après les violences partisanes qui ont fait dix morts et des dizaines de blessés.

« Nous sommes contre les affrontements internes. Nous ne pouvons pas permettre qu’une guerre civile éclate mais cette question est de la responsabilité de tous », a affirmé M. Haniyeh avant la réunion hebdomadaire du cabinet.

« Nous devons sans cesse faire prévaloir la voix de la sagesse et de la raison et respecter l’ordre, la loi, les institutions et la volonté du peuple palestinien », a-t-il ajouté.

Les heurts entre partisans du Hamas, le parti de M. Haniyeh, et le Fatah du président Mahmoud Abbas ont fait dix morts et des dizaines de blessés dimanche et lundi. Ils ont connu une accalmie mardi en dépit d’incidents sporadiques dans la nuit, notamment en Cisjordanie.

M. Haniyeh a par ailleurs exclu la tenue d’élections anticipées, une idée avancée dans l’entourage du président Mahmoud Abbas au moment où les discussions pour former un gouvernement d’union nationale sont au point mort.

« Nous affirmons que le peuple palestinien n’a pas besoin de nouvelles élections. Ce dont il a besoin, c’est l’arrêt des manifestations de chaos et que soient respectés l’ordre, la loi et que soit renforcée l’unité nationale », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a également sévèrement critiqué la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, qui doit effectuer une visite mercredi dans les territoires palestiniens dans le cadre d’une tournée dans la région.

« Il est clair que Condoleezza Rice applique la vieille politique de la division. Elle applique manifestement l’adage +diviser pour mieux régner+ et veut hiérarchiser les pays arabes et islamiques ainsi que les peuples de cette région dans le but de créer des faits accomplis qui servent l’occupation israélienne », a-t-il dit.

« Nous demandons à l’ensemble des pays arabes frères de ne pas se laisser entraîner dans les plans américains et les aspirations de l’administration américaine visant à morceler la région », a-t-il ajouté.

M. Haniyeh faisait référence aux déclarations de Mme Rice lors d’une visite en Arabie saoudite où elle a insisté sur la nécessité « d’aider les forces modérées face aux forces extrémistes ». Les Etats-Unis considèrent le Hamas comme une organisation terroriste.

Elle a également souhaité que les Palestiniens se dotent d’un gouvernement « qui puisse respecter les principes du quartette » sur le Proche-Orient, à savoir la reconnaissance d’Israël, des accords antérieurs et la renonciation à la violence.