BRUXELLES Comme elle l’avait fait en 2006, la police lance une grande campagne de recrutement qui devrait permettre d’engager au moins 2.000 personnes. La police a besoin de 1.150 nouveaux inspecteurs, mais elle engagera aussi du personnel civil. Cette politique de recrutement devrait se poursuivre ces prochaines années.Il s’agit en fait notamment de pallier les départs à la retraite, estimés à 1.150 personnes par an jusqu’en 2012, voire 2013. « Nous avons également prévu que les zones de police fassent cette année une évaluation de leurs besoins en effectifs », explique Alain Goergen, directeur du recrutement et de la sélection de la police fédérale. « Cela nous permettra de répondre au mieux à leurs attentes et de recruter efficacement. »
Habituellem ent, la première réponse à ce besoin d’effectif se fait en interne, via un affichage des postes vacants trois fois par an. « Les agents qui veulent changer de zone pour se rapprocher de leur domicile par exemple peuvent ainsi être satisfaits », poursuit le directeur du recrutement.
Les recrutements ne concernent pas uniquement la fonction d’agent de police. « Nous engageons aussi du personnel civil, ce qui peut aller du personnel d’entretien au médecin en passant par des secrétaires, des informaticiens, ou des comptables », note encore Alain Goergen. La police compte pas moins de 8.000 membres de ce personnel civil.
L’an dernier, les appels à candidature avaient eu beaucoup de succès: 34.485 personnes ont participé à un test de sélection, dont 10.000 environ pour la seule fonction d’inspecteur de police. « De ces 10.000 candidats, nous en avons engagé un petit millier », explique Alain Goergen. « Mais les tests de sélection sont assez drastiques, entre des examens psychologiques et physiques, entre autres. Il faut aussi au minimum un diplôme d’humanités supérieures. »
La police devrait continuer à recruter les prochaines années. Des appels à candidature consultables sur un site spécifique: www.jobpol.be