Quatre personnes au total, deux hommes et deux femmes, ont été blessées sans gravité par ces colis, tous adressés à des administrations liées plus ou moins à la circulation routière.

La police s’est refusée dans l’immédiat à confirmer la nature de l’explosion de mercredi dans un centre de délivrance de permis de conduire et de cartes grises de Swansea.

Mais l’agence visée a confirmé que la victime, qui a été hospitalisée mais dont la vie n’est pas en danger, était chargée du courrier.

Mardi, à Wokingham, dans le sud de l’Angleterre, une lettre piégée avait blessé deux hommes dans les bureaux de la société Vantis, présentée par certains médias comme concourant au recouvrement des amendes pour excès de vitesse.

La veille, un premier courrier piégé avait blessé à Londres une employée de la société Capita, qui assure le prélèvement du péage dont les automobilistes doivent s’acquitter pour circuler dans une partie du centre de Londres.

Pour le moment, la police n’a établi aucun lien entre ces trois incidents. Mais ceux-ci ont poussé certains médias britannique à soupçonner un automobiliste furieux de la généralisation des radars sur les routes du pays.