NAMUR Le coût de l’électricité est important pour les ménages wallons. Ils n’aiment pas recevoir leur facture… surtout lorsqu’elle est à la hausse. Pourtant, il y a quelques comportements qui étonnent actuellement chez eux. En effet sur les 1.641.347 Wallons qui utilisent de l’électricité, 946.378 Wallons sont toujours chez leur fournisseur historique. Se sont-ils suffisamment renseignés ou ont-ils assez fait jouer la concurrence ? Concrètement, seules 695.569 personnes ont pris un contrat nouveau. Parfois en restant chez le même. Qui sont les grands gagnants pour les clients résidentiels ? Pour les fournisseurs historiques, la palme revient à ECS (581.054), en seconde position, on trouve la SPE (256.975) et en troisième, Essent (7.013).
Pour les contrats, les chiffres sont différents : ECS (339.182), SPE (121.174), Essent (117.854), Lampiris (30.816) et Nuon (13.313) et EDF (128).

Une prime de 3.500€

Le plan Solwatt, présenté par le ministre wallon de l’Énergie, André Antoine, permet aux consommateurs de faire tourner leur compteur électrique à l’envers. Le photovoltaïque coûte cher. Une somme de 20.000 € est nécessaire pour une installation qui a une durée de vie d’une vingtaine d’années.
À partir du 1er janvier 2008, le seuil sera porté à 10 KWc au lieu de 5 KWc, permettant ainsi aux PME et aux indépendants de bénéficier de la mesure. Le nombre de certificats verts passera de 5 à 7 pour la production des 5 premiers KWc, assurant ainsi une garantie mininum de 455 €/KWc.
Pour démocratiser davantage l’installation de panneaux photovoltaïques, des prêts sociaux seront accordés aux personnes à bas revenus. Une aide à l’investissement, d’un montant de 3.500 € maximum, sera par ailleurs accordée à tous les ménages qui s’équipent en photovoltaïque.
Par ailleurs, des études sont en cours pour les panneaux « de demain ». Une somme de 5 millions d’€ a été débloquée par le gouvernement wallon dans le cadre du plan Marshall pour un nouvel appel à projets en recherche et développement dédicacé au photovoltaïque.