Contacté par l’agence MAP à l’occasion du Siel qui s’ouvre ce vendredi, M. Rutten a souligné que le choix de Wallonie comme invité d’honneur de cette édition (9-18 février) « est une reconnaissance de notre présence et du travail que nous effectuons au Maroc depuis plusieurs années « .

A cette occasion, a-t-il dit, une délégation d’écrivains, d’artistes et d’éditeurs, conduite par les ministres des Relations internationales, Marie-dominique Simonet, et de la Culture, Fadila Laanan fera le déplacement à Casablanca pour prendre part à cette manifestation.

Le Siel, ajoute le délégué wallon, représente « une occasion pour finaliser certains projets s’inscrivant dans le cadre de la coopération culturelle entre le Maroc et Wallonie », en premier lieu ceux relatifs à la Bibliothèque nationale du Maroc et à la Bibliothèque libre de Bruxelles.

Pour M. Rutten, le Salon du livre de Casablanca est un « événement majeur » tendant à redonner aux gens le goût de la lecture et à favoriser la dynamique économique et sociale du Maroc.

Consciente de l’importance toute particulière de cette entreprise, a-t-il poursuivi, la délégation de Wallonie-Bruxelles a concocté un programme spécial pour cette édition, à travers notamment une forte présence des professionnels du livre : « Ce sont 36 éditeurs de Wallonie Bruxelles qui seront de la partie et s’emploieront, dix jours durant, à présenter le meilleur de leurs productions ». La délégation wallonne prévoit à cette occasion de multiples activités : ateliers de lecture, d’écriture, de théâtre, conférences, rencontres entre écrivains belges et marocains, dont plusieurs sont, déjà, liés par des projets communs dans le cadre du programme de coopération bilatérale.

L’invité d’honneur du Salon tiendra également une série de conférences-débat autour de questions d’actualité, telles que « La femme et l’action politique », « La Belgique et le monde arabe : voisins distants, partenaires nécessaires » et « Ecrire au féminin : les femmes auteurs au Maroc et en Belgique ».

Le public marocain aura l’opportunité d’explorer de près les nouveautés de grands écrivains belges, particulièrement le prix Goncourt 2006, François Weyergans, et d’autres écrivains belges d’origine marocaine venus rencontrer leurs homologues marocains, a dit M. Rutten.

Au menu figurent, en outre, deux grandes soirées festives agrémentées par deux spectacles à forte valeur intellectuelle. Il s’agit notamment, selon lui, du spectacle « Naïda » sur le dialogue et les valeurs de la modernité en présence d’une soixantaine de jeunes artistes représentant Wallonie-Bruxelles, le Maroc, la Palestine et d’autres pays du Maghreb. Un deuxième spectacle intitulé « Apsara » réunira quatre danseurs mélangent break, Kung Fu et danse traditionnelle cambodgienne.

Les éditeurs wallons et bruxellois, réunis au sein de l’Association des éditeurs belges (ADEB) et l’Association des éditeurs littéraires de Belgique (EDILIB) déploient leur production dans tous les créneaux : du livre d’enfant aux ouvrages scientifiques et techniques en passant par la littérature, le livre scolaire, l’édition utilitaire et documentaire, et désormais l’édition électronique.