Vendredi dernier, 20 employés des Nations unies, de l’Union africaine et d’ONG caritatives ont été arrêtés à Nyala au Darfour. Cinq membres du personnel de l’Onu ont été tabassés à coups de crosses de fusils et une employée de l’Onu a accusé des policiers de l’avoir agressée sexuellement.

« Le secrétaire général est extrêmement préoccupé par l’arrestation » des 20 personnes en question et « attend l’ouverture rapide d’une enquête sur cet incident, notamment parce que plusieurs personnes ont été agressées et sérieusement blessées avant d’être remises en liberté », a déclaré Farhan Haq, porte-parole des Nations unies.

Il s’agit des premières déclarations publiques de Ban concernant cette affaire depuis que la police soudanaise a procédé à ces arrestations.

Ban a élevé sa protestation et a également critiqué le bombardement soudanais de plusieurs villes du Darfour lors d’une rencontre mardi avec Mutrif Siddig, secrétaire d’Etat soudanais aux Affaires étrangères.