S’exprimant au cours de la cérémonie d’ouverture de la 10ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA, Alpha Oumar Konaré a mis en garde contre un risque d’enlisement.

Il a invité les pays africains à faire preuve de solidarité en mettant des hommes à la disposition de l’organisation panafricaine et en apportant une aide logistique ou financière à l’opération.

Cette force devrait remplacer les troupes éthiopiennes qui ont aidé les forces gouvernementales somaliennes à chasser les islamistes qui contrôlaient la majeure partie du sud et du centre du pays.

« Si nous voulons que le processus de stabilisation de la Somalie aille jusqu’au bout, nous devons être capables de mobiliser des troupes africaines et de les déployer », a-t-il souligné.

Il a indiqué que pour l’instant, l’Ouganda, le Nigeria, le Ghana, et le Malawi ont annoncé leur participation.

La déclaration d’Alpha Oumar Konaré intervient à la veille du sommet de l’Union africaine qui se tiendra la semaine prochaine à Addis Abeba.

La Somalie est l’un des principaux dossiers qui seront abordés lors de cette rencontre, avec la situation dans le Darfour.

Le président soudanais Hassan Omar al-Bashir va tenter de conquérir le fauteuil de président en exercice de l’Union Africaine.

L’année dernière, Omar al-Bashir avait été forcé de retirer sa candidature suite aux pressions internationales notamment des Etats-Unis.

Washington estimait qu’il était contradictoire qu’il préside une organisation qui a déployé des troupes de maintien de la paix au Soudan pour protéger les civiles du Darfour contre les attaques de leur propre gouvernement.